LeS motS du président


Juin 2020

Le mot du président “faisant fonction” Michel Settembrino.

 

C’est un grand honneur pour moi de m’adresser à vous pour la première fois à travers les mots de cette nouvelle newsletter.

Certains se diront : « qui est-il ? »

Pour ceux qui ne m’ont jamais vu ni entendu, je suis membre du RHB depuis quinze mois pour être précis.
Agé de 45 ans, je suis devenu récemment l’heureux propriétaire d’une maison sur la commune de Marilles, à Orp-Jauche. Un choix porté par une nouvelle vie qui s’aligne devant moi, à travers la thérapie psychocorporelle et les massages en particulier.
Cette passion, je l’avais laissée de côté jusqu’en 2019, me consacrant alors pleinement à mon métier dans l’informatique en tant qu’administrateur d’une SPRLU. Et, dans le même temps en mission freelance pour la Commission Européenne où je gère la création et la maintenance de leurs nombreux sites web.
Quand le temps passe et que la passion demeure, l’envie nous invite à nous y aligner davantage. C’est ainsi qu’en septembre 2019 j’ai démarré la formation professionnelle et certifiante d’un an, en massage tantrique et cachemirien.
Cela n’enlève en rien les challenges intéressants que je continue à relever dans l’informatique à travers l’aide que j’apporte aux clients ou pour ma mission au sein de la Commission.

Mon parcours au RHB.

C’est à la demande de mon ex-épouse me disant : « vas-y, ça te fera du bien ! » que j’ai intégré en février 2019 le RHB. J’y ai rejoint un nouveau groupe à Bruxelles nommé "La Merveilleuse" et portant le numéro 86.
La vie nous offre parfois des cadeaux inestimables. Si l’on m’avait dit à l’époque que je serais là vous adressant ces mots, je n’y aurais même pas cru en rêve…
J’exprime ici toute ma gratitude à mon ex-épouse, car grâce à elle, le RHB m’a transformé…
Ce réseau m’a permis d’élargir mes angles de vue, de m’ouvrir à d’autres perspectives sur les aléas parfois difficiles que je traversais à ce moment-là dans ma vie.
Poussé par un élan d’enthousiasme, j’ai très vite posé ma candidature pour devenir membre du Conseil d’Administration (CA). Et comme il n’y a pas de hasard, ma candidature fut acceptée à l’unanimité lors de l’Assemblée générale (AG) de mai 2019 !
J’ai la chance de faire partie d’un CA idéal car il comporte trois anciens et trois nouveaux membres. Ce qui amène, pour reprendre les mots du président sortant Jean Frenay, « à la fois de l’expérience et du sang neuf ».

Notre vision pour l’avenir du réseau : accroître sa visibilité

Cet objectif est né des réunions du CA et de nombreux groupes de travail. Chacun de nous a également travaillé en solo avec les mêmes buts communs : faire vivre le RHB et pérenniser son avenir !
Notre vision pour le réseau s’est naturellement orientée sur sa visibilité. Nous voulons nous faire connaître en étant plus attractif, afin que de nouveaux membres se joignent à nous.
Nous voulons également être plus proches de nos membres, et à cette fin, développer un outil de communication spécifique pour tout le réseau qui rend les échanges intergroupes possibles.

Nos objectifs avec leur état d’avancement sont les suivants :

  • Augmenter la visibilité de notre page Facebook (en cours)

  • Rafraîchir le contenu de notre site web (réalisé, des updates réguliers sont à prévoir)

  • Créer un folder publicitaire (réalisé, voir l’aperçu plus bas dans cette newsletter).
    Il est imprimé et à disposition de ceux qui le souhaitent sur simple demande au CA.

  • Mettre en place un forum de questions (réalisé, vous l’avez découvert dans la newsletter précédente)

  • Réaliser une grande « renco-fête » réunissant diverses associations de groupes d’hommes avec d’autres cercles féminins (en cours, plus d’info en actualité ci-dessous)

  • Mettre à disposition un outil de communication inter-groupe (au stade de l’idée).

Je vous remercie d’avoir pris ce temps de lecture. Que votre courage soit récompensé !

Je reste à votre écoute et espère être à la hauteur de vos attentes en tant que président du RHB.

Michel Settembrino


Mai 2017

Flash Infor du Réseau Hommes Belgique

View this email in your browser

 

"Le mot du président"

Chers hommes en chemin,
J’étais il y a quelques semaines dans un auditoire de Louvain-la-neuve où Thomas d’Ansembourg nous expliquait avec sa verve habituelle : la paix, ça s’apprend comme les maths ou le foot, une belle conférence illustrant la richesse des principes mis en avant par la Communication non violente.

 A la même époque, je lisais une anthologie « Le pays intérieur, voyage au centre du moi ». Quelques phrases m’ont percuté : Le besoin de littérature naît du besoin de dire l’intime, d’épancher au-dehors la richesse inépuisable du monde du dedans… révéler ou retracer une foule de sentiments, dont se compose au fond de l’âme le bonheur ou le malheur de l’existence ; ces sentiments que l’on ne dit point, parce qu’ils se trouvent liés avec nos secrets ou avec nos faiblesses, et parce que les hommes passent leur vie avec les hommes, sans se confier mutuellement ce qu’ils éprouvent… Il n’y a qu’une chose étonnante pour l’esprit humain, c’est lui-même. The noblest study of mankind is man (Alexandre Pope).

A quoi nous invitait Thomas dans sa conférence ? A changer notre mode de pensée pour pouvoir changer la société. Et de nous inviter à choisir entre deux modes de relations humaines, soit sous l’empire de la contraction, la méfiance, le replis sur soi, soit sous celui de l’expansion, la confiance, l’empathie.

Mais l’homme n’est pas construit dans la dualité du tout-blanc ou du tout-noir, il fonctionne plutôt dans le gris avec des moments plus riches de clarté ou de noirceur. C’est un peu comme si il y avait un curseur nous permettant d’éclaircir ou d’assombrir nos relations et comportements. Comment déplacer ce curseur ? Cela s’apprend!  Par l’exercice et l’expérimentation des relations basées sur l’empire de l’expansion et de la confiance. Les principes directeurs de la CNV nous y aident.

Merci Thomas pour cette conférence, cette invitation à nous entraîner vers le meilleur de nous-mêmes pour reprendre une expression de Guy Corneau. Me permettras-tu d’y apporter un petit complément, réflexion personnelle ?

Les groupes de paroles d’hommes sont des lieux privilégiés, sécurisés et bienveillants, dans lesquels justement il nous est possible de pratiquer une relation humaine ouverte, confiante, empathique et qui facilitent la démarche d’aller à la découverte et au partage avec d’autres de notre monde du dedans, et de toute sa richesse.
 
Jean FRENAY, mai 2017

 


 


 

 
 
 

 

 

 

Les deux lettres qui font la différence



 

 

21 Juin 2016

l'Assemblée Générale : un bilan encourageant

Notre Assemblée Générale statutaire a eu lieu à Gembloux le 25 mai dernier. Ce fut l’occasion d’évaluer les activités entreprises par l’actuel Conseil après huit mois de fonctionnement.

 

La nouveauté des actions entreprises durant cette période fut bien appréciée : atelier pères-fils, soirée théâtrale sur les émotions, groupes ouverts, une Newsletter régulière, un site web renouvelé…

 

Encouragements à poursuivre dans cette ligne, à aller de l’avant et de faire vivre une dynamique et un esprit RHB, propice à la création de nouveaux groupes.

 

Je voudrais aujourd’hui mettre en avant deux axes complémentaires à ces actions : d’une part le dialogue au sein du RHB entre les membres et les groupes et d’autre part la politique à mener pour mieux faire connaître le RHB.

 

Des outils ont été mis en place pour promouvoir le dialogue, la présente Newsletter, le site web. Je vous invite à les utiliser aussi largement que possible, soit individuellement, soit au nom de votre groupe. Un aspect particulier a été discuté en Assemblée Générale. Certains souhaitent que des rencontres entre deux (ou plus) groupes puissent se réaliser. Le Conseil d'Administration, le site web et cette Newsletter peuvent largement être utilisés dans ce but. En voici déjà une preuve : un groupe du brabant wallon souhaiterait organiser une rencontre avec une autre groupe de la même région. Intéressé ?

Manifestez-vous via contact@rhb.be.

 

La problématique récurrente de la « publicité » à mener pour faire connaître le RHB et les groupes de parole d’hommes doit être plus largement abordée. En plus des actions entreprises cette année et à maintenir, nous voudrions cibler plus directement les personnes et institutions qui pouvant être notre relais auprès d’hommes candidats potentiels pour les groupes de parole. Une démarche spécifique est en préparation. Toute personne qui pourrait nous aider dans ce travail est la bienvenue. Les tâches à réaliser sont d’une part du rédactionnel pour nous présenter de manière spécifique aux différents publics et d’autre part une collation de fichiers de personnes et institutions pouvant nous promouvoir. Il s’ensuivra évidemment un travail de secrétariat et de contacts personnalisés pour lesquels toute aide sera également la bienvenue.

 

Nous approchons à grands pas de cette période de vacances qui, outre la recharge de nos batteries, peut également être un moment de réflexion, de petite prise de distance pour mieux apprécier la réalité le nez hors du guidon, et de préparation à l’action.

 

Je nous les souhaite excellentes

 

 Jean Frenay


06 février 2016

QUE DIRAIT ÉSOPE SUR NOS ÉMOTIONS ?

Le mois dernier, inspiré par Thierry Janssens, je vous parlais de l’intime. Je prolongerai aujourd’hui cette réflexion en m’inspirant de l’interview de Vincent Lindon, parue récemment dans Le Soir.

"J’ai une confiance énorme dans l’humain… parce que je pense que lorsqu’on est au bord du précipice, les humains sont plus forts que tout. Plus fort que les machines, la technologie, le Net… Parce que nous, humains, nous avons des émotions. Une émotion peut parfois faire des choses terribles, mais aussi des choses sublimes."

 

Les émotions… nos émotions, qui suivant ce que nous en faisons, acceptation et outil intelligent, méfiance ou refus, peuvent être de grandes alliées ou de mauvaises conseillères. Sans parler des manquements et occasions ratées dues à cette peur qui nous coupe de nos émotions qui souvent ne sont là que pour nous apporter du bien.

 

le film « Les Emotifs Anonymes » avec Isabelle Carré et Benoit Poelvorde en parlait avec justesse. L’adaptation théâtrale en est aujourd’hui présentée par deux comédiens belges, Caroline Veyt et Jean-Benoit Hologne. Nous en avons fait le point de départ d’une soirée que nous organisons ce 24 février (voir document attaché).

 

Ce sera l’occasion de nous divertir mais aussi de vibrer aux (més)aventures de ces deux émotifs, puis d’échanger sur l’apport des groupes de parole pour la bonne gestion par chacun d’entre nous de nos émotions, gisement de grandes richesses potentielles, parfois bien difficile à exploiter.

 

N’hésitez pas à diffuser largement l’annonce de cette soirée, ouverte bien entendu à tous, hommes et femmes.

 

Jean Frenay


19 janvier 2016

Existe-t-il encore une place pour le RHB en 2016 ?

Jusqu’à la fin de ce mois c’est l’époque des vœux. Vous accepterez donc que je vous adresse les miens. Je le fais avec beaucoup de chaleur en souhaitant que cette année nous permette de vivre pleinement notre vie d’homme et d’être humain.

Quels vœux pourrais-je formuler pour le RHB ? Que puis-je souhaiter sinon qu’il puisse faire face à la question : les groupes de parole d’hommes répondent-ils encore à un besoin réel comme à leur origine il y a plus de vingt ans, lorsque Guy Corneau écrivait ‘Père manquant, fils manqué’ ?

 

La société actuelle, l’image et le rôle du père, l’insertion des hommes dans leur environnement social, pour ne prendre que ces quelques exemples, sont-ils encore aujourd’hui ce qu’ils étaient alors ? Le RHB a-t-il encore une place dans notre société actuelle et un rôle à y jouer ?

 

J’ai été interpellé par l’interview de Thierry Janssen dans le numéro de novembre 2015 de Psychologie Magazine. Thierry Janssen était un chirurgien de renom promis à une très belle carrière. Il s’en est retiré pour s’engager dans une pratique autre de la médecine, plus proche des patients et de l’être humain. Il y a consacré plusieurs livres et conférences.

 

Il y a deux ans, il prit de la distance avec cette activité devenue trop prenante et il sort aujourd’hui d’une retraite qui l’a emmené dans une « nuit noire de l’âme » puis relié à son essence profonde.

 

« J’ai traversé le désert, mais cela m’a permis de faire la différence entre exister et être. Exister vient de ‘existare’ en latin qui signifie ‘se porter au dehors’. Exister c’est vivre à l’extérieur, faire et avoir pour paraître. Etre vient de ‘essere’ qui est lié à ‘essentia’ : l’essence, ce qui reste lorsque l’éphémère a disparu. Etre c’est vivre depuis l’essentiel, au service de l’essentiel. »

A quoi donc sommes-nous ainsi invités ? Privilégier l’Etre et non l’exister, vivre de l’essentiel, loin du ‘paraître’, des ‘il faut que’ et des ‘on doit’, mais en contactant au profond de soi, dans son intime, le ‘je’ et le ‘parler vrai, juste, authentique’.

N’est-ce pas justement cette démarche qui est à la base de la pratique de nos groupes de parole ? N’y trouvons-nous pas le lieu où il nous est possible de cultiver et de partager avec d’autres hommes des morceaux de ce jardin intime, reflet de notre profondeur et de notre vraie humanité ?

 

C’est en ce sens que je suis convaincu de l’intérêt de promouvoir encore et surtout aujourd’hui la pratique de la parole vraie. Tel est mon souhait pour 2016 et au-delà.

Longue vie à un tel RHB !

 

Jean FRENAY